L'enquête publique

Publié le

La loi oblige pour l'implantation des magasins de plus de 6000 m², la tenue d'une enquête publique.

Du 11 septembre au 15 octobre 2006, nous vous demander d'aller dire NON à ce projet démesuré en vous déplaçant aux Services Techniques Municpaux, Chemin de la Plaine à Mougins ou en adressant un courrier au commaissaire enquêteur du projet "centre commercial St Martin" à la même adresse.

Vous pourrez invoquer, au choix toutes les raisons qui vous tiennent à coeur.

Les enfants de Mougins et des communes environnantes, dont les établissements scolaires se situent à proximité du projet, vous remercient de votre action.

Publié dans contre ikea mougins

Commenter cet article

cédric 18/12/2006 05:42

bonjour,
Vu que vous avez la gentillesse de nous rendre visite sur le site des gens pour ikéa, je vous rend la politesse.
Pourquoi votre site n'est pas à jour, ai je mal lu?
Pourquoi ne parlez vous pas de l'avis favorable de la commission?
Votre ordinateur ou webmaster est en vacances???
Alors, plutot que de continuer à vous acharner sur un refus d'ouverture, aidez nous plutot à trouver la meilleure solution pour que chacun y trouve son compte avec le moins de gene possible.
C'est en tous les cas mon point de vue.
bonnes fêtes de Noël, bientot vous pourre venir chez ikéa pour y acheter votre sapin tout en faisant une bonne action pour la planete. c'est beau non?
Cédric
Amikéalement votre!
 

Stephane BG 28/09/2006 13:00

Nous sommes apparemment dans un État de droit. Malheureusement, il semble que le droit n'est plus quelque chose qui s'applique, mais quelque chose qui s'utilise.

J'habite à Mouans Sartoux et je compte y rester car je m'y sens bien. Je n'ai pas besoin de me justifier en quantifiant de multiples paramètres. C'est ce que je ressens.

Mon expérience professionnelle me montre que les faits prennent souvent le pas sur ce que les gens ressentent. Mais j'ai vu beaucoup de cadres augmentés pour se retrouver les plus malheureux du monde... dans un placard. Les faits sont parlants, mais ils ne disent pas la vérité.

Le droit de l'urbanisme, la géographie des communes, les procédures d'études me paraissent totalement disfonctionnels. J'ai le sombre pressentiment que les décisions ont déjà été prises et que, une fois de plus, on amuse (et on use) les opposants en attendant de montrer des faits, par définition indiscutables, qui justifiront la décision.

Il me paraît évident que pour lutter contre des institutions et des programmes disfonctionnels, il ne faut pas utiliser les mêmes armes, les mêmes procédés.

La solution, l'histoire est pleine d'exemples, réside dans la créativité et dans l'alignement des énergies. Je ne sais pas si ni comment nous y parviendrons, mais c'est au prix d'une démarche délibérementt créative et certainement pas en se pliant aux règles de bienséance et au respect des procédures.

Si le projet dont il est question ici aboutit , les habitants du secteurs auront toutes les raisons de le regretter, si ce n'est dans les faits, ils le regretteront tous les jours dans la qualité de vie, le plaisir d'habiter ici. Aucune enquête n'a jamais su ni voulu mesurer ce plaisir.

nicolas 27/09/2006 09:11

Moi je vous cache pâs que je suis pour. De toute facon face a de tel puissance c'est pas 3500 petition qui les arreterons.Beaucoup de bruit pour pas grand chose...

Françoise 21/09/2006 17:45

Effectivement Josiane a raison, il faudrait, je pense, interroger la Direction de l'Equipement sur le sujet !
Françoise B

delanoy josiane 18/09/2006 21:43

la pénétrante Cannes-Grasse a déjà montré par le passé(heureusement sans conséquence humaine) sa fragilité. Ces affouillements qui ont bloqué pendant de longs mois une large partie de cet axe majeur de circulation ont depuis été consolidés. Cependant avec l'installation d un éventuel centre commercial de 32 000m2 qui va entraîner une augmentation nette du flux de véhicules légers mais aussi de poids lourds pour leurs opérations de logistique et la création de plusieurs milliers de m2 de surface imperméable, un risque réel de perturber l'écoulement des eaux souterraines aggravé par un passage accru de véhicules pourrait entrainer de nouveaux désordres avec des conséquences moins heureuses que lors du dernier éboulement.
Des études géologiques et géotechniques peuvent elles aujourd'hui confirmer que la pénétrante actuelle pourra accueillir sans risque les aménagements prévus ?