Aux portes de Mouans-Sartoux et La Roquette

Publié le par André Aschieri

 

Publié dans contre ikea mougins

Commenter cet article

Cocatrix 22/02/2006 14:16

Moi aussi je suis pour un referendum et j'ajouterais meme que pour ce genre d'operation qui a une repercution sur l'ensemble des Mouginois et des habitants des villes environnantes ca devrait etre obligatoire.c'est pas parce que que l'on a ete elue que l'on doit pouvoir tout decider sans consultation de la population.

L.E 18/02/2006 21:34

Pourquoi pas faire un referendum entre les ville avoisinantes? Au moins la voix du peuple et non la voix de l'argent sera entendu.

Bernadette Ducros 17/02/2006 19:06

Aucun inconvénient pour contrer une installation à Mouans, en revanche laissons Ikea s'installer sur Mougins.
Tant que vous y êtes, pourquoi Fly ne ferait pas en sorte que Conforama et les autres ferment?... Vive la libre concurrence.
C'est grâce à des personnes comme vous que les choses avancent en France.

MichÚle Cosentino 17/02/2006 12:41

j'habite Mouans depuis 1 mois et j'ai assisté à la réunion de février contre l'implantation d'Ikea à Mougins- j'ai entendu dire que jusqu'à présent Ikea n'avait pas trouvé d'endroit où se poser sur la Côte d'Azur (Cagnes s/mer et Antibes) car les marchands de meubles du coin (Conforama, But, Fly et autres) s'étaient unis contre l'implantation d'un Ikea dans la région pour des causes concurrentielles évidentes.
Ne pourrait on pas se "servir" de ces mêmes magasins (si ce que j'ai entendu s'avère vrais bien sûr,) pour contrer de nouveau une installation à Mouans ?

Marcel Mougin 11/02/2006 11:41



La municipalité de Mougins présente le projet d’implantation d’Ikea avec les mots suivants « Que du positif en perspective... Plus qu'un centre commercial, c'est un véritable lieu de vie qui sera proposé ! ».
 

En qualité de « spécialiste déplacements » d’un service du Ministère de l’Equipement, j’interviens à la demande des communes de la région Paca qui veulent combattre les nuisances multiples du trafic automobile et ses conséquences bien connues : l’insécurité routière, les encombrements, la pollution, le bruit, la dégradation du cadre de vie ...
 

L’expérience montre qu’il n’y a pas de miracle : on ne peut pas augmenter les déplacements motorisés sans accroître les nuisances du trafic. Toute personne qui affirme le contraire tient des propos délibérément contraires à la réalité. Elle ment grossièrement et trompe ses auditeurs.
 

L’expérience montre aussi (et heureusement) que l’envahissement du trafic automobile n’est pas une fatalité. L’urbanisme et l’intelligence sont les deux leviers dont disposent les collectivités. L’exemple de villes italiennes, comme Ferrare, est très intéressant. Des villes ont su garder un cadre de vie agréable où il fait bon vivre. Les habitants flânent dans le centre-ville et se déplacent nombreux à pied et à vélo et tout ceci contribue à préserver les commerces et la mixité sociale. Un « petit détail » : ces villes sont au moins aussi riches et prospères culturellement et économiquement que toutes celles qui ont été envahies par l’automobile.
 

Une action très positive pour lutter contre les nuisances du trafic automobile nommée « Marchons vers l’école » est en place à Mouans-Sartoux et à
la Roquette-sur
-Siagne en partenariat avec les écoles. Les enfants qui y participent préservent leur santé en luttant contre l’inactivité physique et l’obésité. Mais ce n’est pas tout, on observe aussi la pacification des abords des écoles et la dynamisation de la vie de quartier. Au plan des résultats environnementaux, l’efficacité est prouvée. La qualité de l’air est immédiatement améliorée : la pollution est réduite par jour et par enfant se déplaçant à pied de 63 g d’équivalent pétrole, 183 g d’émissions de CO2, 4,6 g d’émissions de CO, 0,4 g d’émissions de COV, 0,6 g d’émissions de NOx et 0,08 g d’émissions de particules (source : ADEME).
 

En refusant l’implantation d’Ikea et ses conséquences, les citoyens et les élus de Mouans-Sartoux et de
la Roquette-sur
-Siagne réagissent avec intelligence et je leur souhaite d’être entendus.
 

Marcel Mougin, ingénieur transport et déplacements